RDC/ Santé : Desmite hospital of Kinsuka, un bébé victime d’une campagne de diabolisation !

Par Oscar Lukusa

Desmite hospital of Kinsuka Dhk en sigle est accusé à tort par les ennemis de la RDC.

Selon le premier son de cloche reçu dans notre rédaction, l’hôpital serait en train de traiter d’une façon inhumaine son personnel. Pas de  contrat de travail signé avec ses collaborateurs pendant deux ans. Les agents travaillent comme des automates sans repos. Le social bafoué et foulé au pied !

La rédaction de flashinfoplus.com  s’est rendue jusqu’au sein de cette structure sanitaire pour avoir un autre son de cloche comme l’exige la déontologie.

Le reporter de notre rédaction a eu à rencontrer le  médecin responsable et l’avocat conseil et cela en présence de la promotrice de cet établissement privé, tous ont rejeté en bloc toutes les allégations. Et Maître Guy Katumbayi  a déploré l’acharnement avec lequel Desmite hospital of Kinsuka fait l’objet : « il y a des bana mboka qui combattent  muana mboka parce qu’elle a su émerger dans peu de temps dans son pays ».

Parlant du contrat, nos interlocuteurs qui déclarent ceci : « une structure peut avoir l’existence d’autant d’années, mais il faut savoir qu’il y a des étapes qu’il faut franchir : la phase expérimentale, la phase d’enquête et la Phase d’essai. Lorsqu’on parle de deux ans cela ne veut pas nécessairement dire que c’est au cours de cet intervalle qu’on fait de l’argent.C’est une campagne de concurrence et de mauvaise foi déclenchée par les gens malintentionnés , parcequ’on est  nouveau né dans ce terrain là, et c’est un nouveau né avec qualité. C’est tout cela qui fait à ce qu’on nous combatte, jusqu’à présent nous n’avons rien reçu en terme d’encouragement ni de la part du gouvernement ni de la part de la presse ».

Notre interlocuteur d’ajouter : «  on a parfois du mal au Congo à s’encourager d’aller de l’avant, nous sommes toujours bornés dans des critiques méchantes qui découragent parfois ».

C’est ce qui a poussé ce praticien du droit  à compléter un autre argumentaire de taille : « on aurait voulu voir des journalistes faire des enquêtes sur des structures qui existent déjà, parler de Maman yemo, Sanatorium etc., C’est parce qu’il y a un hôpital  qui arrive, qui excelle et qu’on commence à chercher des problèmes ».

Pour ce qui concerne l’assistance en cas de décès, l’avocat conseil nous répond ceci : «  que la famille s’organise en fournissant son PV à cette structure sanitaire que nous représentons, il faut un liquidateur qui doit venir auprès de l’employeur.Celui-ci peut réserver quelque chose en terme de compassion pour les obsèques.Mais pour le droit de la personne décédée, on ne peut pas donner à n’importe qui, ce n’est pas pour rien que le droit prévoit les notions de la succession, il doit y avoir un  liquidateur qui doit représenter la famille par rapport aux intérêts… »

Par ailleurs, Desmite hospital of kinsuka a organisé plusieurs fois des journées portes ouvertes à travers lesquelles la population a bénéficié de la consultation gratuite et cela pendant plus de 10 fois.

Signalons que Desmite hospital of Kinsuka a un bâtiment bien équipé avec un standing international. On n’a pas l’envie d’aller ailleurs si l’on y est. Un hôpital bien équipé en matériels modernes avec le fonds propre d’un privé.

Si l’État congolais pouvait aussi  penser à subventionner cela encouragerait  des telles initiatives. C’est ce que l’on appelle aussi le peuple d’abord.

Dossier à suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *