RDC/Selon la présidente de la Fondation Maboko Pembe.Les deux années au pouvoir de Félix Tshisekedi se soldent par un bilan largement positif

Par MB

24 janvier 2019-24 janvier 2021: Félix Tshisekedi vient de totaliser deux ans à la tête de l’Etat. Deux ans au cours desquels nombre d’actions ont été menées par le nouveau magistrat suprême pour tirer le pays du gouffre où il se trouvait, le redresser et le lancer sur la voie de développement.
Malgré les embûches de tous ordres auxquels le président de la République a dû faire face de la part de ses anciens alliés au sein de la coalition gouvernementale, et surtout de l’autorité morale du Front Commun pour le Congo, la présidente nationale de la Fondation Maboko Pembe, Pauline Bukasa, est d’avis que son bilan est largement positif. Elle en veut pour preuves la nouvelle situation qui s’est installée sur l’ensemble du territoire national, caractérisée par la sécurité, le respect des droits de l’homme, la liberté d’expression, ce qui a sensiblement réduit les rumeurs et d’autres programmes tendancieux des médias tant locaux qu’étrangers, tout comme la disparition presque totale de multiples centres qui se disaient composés d’experts sur la RDC ; la revalorisation des produits miniers sur les marchés internationaux ; un grand nombre de mouvements citoyens ne fonctionnent presque plus puisque n’ayant pas des matières à traiter pour leurs maîtres à penser basés sous d’autres cieux.
Amélioration des rapports avec l’Eglise catholique
Par ailleurs, Pauline Bukasa note que pendant ces deux années de travail, Félix Tshisekedi dont les parents ont été des fidèles catholiques – avec un oncle paternel comme évêque- a nettement amélioré les rapports entre l’Etat congolais et le Vatican. L’audience lui accordée par le Pape François en marge de la cérémonie de création comme cardinal de Mgr Fridolin Ambongo, archevêque métropolitain de Kinshasa en est une preuve incontestable. Il en est de même de l’Union européenne et d’autres partenaires traditionnels de la RDC qui ne lancent plus des imprécations contre le pouvoir en place. Pour y arriver, le chef de l’Etat a fait du respect de la constitution un point d’honneur. Il a compris que seul le respect des valeurs cardinales contenues dans la loi fondamentale constitue le socle de tout travail devant conduire au développement et à la prospérité du pays. Pauline Bukasa espère que dans le cadre de l’Union sacrée de la nation, la RDC pourra effectuer d’importants bonds en avant sur le chemin de son décollage et de son retour définitif sur l’échiquier international.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *