RDC/Impayés 18 mois durant,les ministres provinciaux sollicitent l’implication du président de la république et du premier ministre

Par Johnny KASONGO

Les ministres provinciaux de la RDC en général et ceux de la Lomami en particulier par le truchement du porte-parole du Gouvernement provincial alertent le Chef de l’État et le premier ministre sur la crise socio-économique dans laquelle ils sont plongés depuis aujourd’hui 18 mois.

Le Ministre provincial de la communication de la LOMAMI, Jean Hilaire KAZADI MUTAMBAYI a, dans un point de presse tenu dans la ville de Kabinda ce vendredi 17 Septembre 2021, déclaré ne pas comprendre pourquoi les ministres provinciaux ne sont pas payés et à quel niveau se situerait le blocage. Ces membres du gouvernement sollicitent l’implication directe du chef de l’État.

«Nous avons commencé sans frais d’installation, nous fonctionnons à crédit et sans salaire, nous risquons encore de partir sans argent parce que d’ici là 14 Gouvernements provinciaux de la RDC sont démissionnaires y compris celui de la Lomami et attendent les élections des Gouverneurs. Nous demandons au premier ministre d’aligner le dossier d’impaiement des ministres provinciaux parmi les matieres à traiter dans les conseils des ministres nationaux pour une solution » a déclaré Jean Hilaire KAZADI.

18 mois durant d’impayement est insupportable déplore ces élus provinciaux. ils se demandent cependant cette indifférence dans la paie, c’est-à-dire l’indifférence sociale est motivée par quelle raison car ils sont au service de la nation et méritent vivre de leur rémunération. Cette privation ne leur permet pas une survie normale car incapables de répondre aux besoins de leurs familles, ils arrivent au point de demander des crédits auprès de tiers.

Pour ce faire, ces élus provinciaux sollicitent l’implication personnelle du Chef de l’Etat. « C’est ça le cri de détresse. Qu’il nous écoute. Quand on parle de peuple d’abord, nous nous sommes aussi le peuple, nos enfants sont le peuple, nos femmes également. Quand nous sommes abandonnés comme ça, ce n’est pas logique. En tant que porte-parole du collectif des ministres provinciaux, je parle au nom des ministres provinciaux de toutes les provinces, pour qu’on puisse quand même nous aider. Nous avons constaté que les provinces sont seulement negligées » a-t-il conclu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *